01 Mar

L’atout majeur des crèmes végétales

Phénomène de société, fast-food, les aliments riches en graisses saturées et les préparations industrielles ont envahi nos assiettes. Conséquence inévitable de ces nouvelles habitudes alimentaires, la recrudescence des maladies cardiovasculaires et leurs complications à plus  ou moins long terme. La maladie évolue généralement insidieusement avec des symptômes silencieux au début. Dans la plupart des cas, après diagnostic ou en prévention d’évolution sur un terrain prédisposé, un régime pauvre en matières grasses et sans cholestérol est souvent conseillé en parallèle aux autres traitements.

Les matières grasses, qu’est-ce que c’est ?

Les matières grasses appartiennent à la famille des lipides qui peuvent être aussi bénéfiques que néfastes pour la santé. Tout est une affaire d’acides gras et de cholestérol ! Les acides gras appelés « saturés » sont particulièrement nocifs surtout lorsqu’ils sont combinés à des teneurs élevées en cholestérol dans les aliments.

Les acides gras saturés se trouvent principalement dans les produits d’origine animale comme les viandes rouges, les charcuteries ou les produits laitiers, mais les aliments transformés et hyper-industrialisés sont aussi des vecteurs de mauvaises graisses, notamment les plats préparés ou les pâtisseries…

Les acides gras insaturés sont surtout présents dans le règne végétal et particulièrement dans les oléagineux et les graines. Les sources végétales présentent l’intérêt d’apporter des stérols végétaux ou phyto-stérols. Il s’agit de molécules d’origine végétale chimiquement très proche du cholestérol qui s’avèrent très intéressantes dans le cadre d’une terrain prédisposé aux problèmes cardiaques ou circulatoires.

Il est nécessaire de distinguer le bon cholestérol (HDL) du mauvais cholestérol (LDL). Synthétisé essentiellement dans le foie, le bon cholestérol est indispensable à l’organisme. Il participe à la fabrication des membranes cellulaires et des sels biliaires indispensables aux processus de digestion. Il intervient également dans la synthèse de certaines hormones et dans la fabrication de vitamine D. C’est l’excès de LDL qui sera surtout néfaste et qui favorisera particulièrement l’apparition de plaques d’athéromes qui encrassent les vaisseaux.

Nombreuses études mettent en avant l’intérêt des phytostérols dans les maladies cardio-vasculaires et reconnaissent leurs bénéfices sur l’hypercholestérolémie dans les régimes en prévention ou en curatifs. Une consommation régulière permet ainsi de diminuer de 10 à 15% le taux de LDL « mauvais » cholestérol, sans incidence sur le taux de HDL « bon » cholestérol. Un rapport publié en 2010 confirme l’effet des phytostérols d’oléagineux dans la diminution du mauvais cholestérol, en limitant son assimilation.

Bien choisir des apports et privilégier les graisses végétales

Une alimentation équilibrée comporte en moyenne 30-35% de lipides. En prévention, les acides gras insaturés doivent être majoritaires avec une juste répartition en acides gras mono insaturés et poly-insaturés, avec peu ou pas d’apport en mauvais cholestérol mais également riche en phytostérols.

On pourra trouver ces acides gras bénéfiques dans les graines, les oléagineux et les huiles végétales. Ces dernières doivent être choisies en 1ère pression à froid, issues de l’agriculture biologique, et consommées en association, pour bénéficier d’un juste équilibre en acides gras.

Les oléagineux comme les noix, les noisettes, les amandes, ou encore les pistaches sont des aliments riches en acides gras insaturés, qui sont des « bons » gras, et surtout en phytostérols.  Une portion d’oléagineux (30 g soit 20 amandes, 6 noix ou 10 à 12 noisettes) permettrait ainsi de rééquilibrer son taux de cholestérol. Attention toutefois à ce que cette portion ne s’ajoute pas aux autres apports de graisses car les oléagineux sont très caloriques, à hauteur d’environ 180 calories par portion de 30 g.

Une combinaison gagnante pour une meilleure santé !

Les crèmes cuisine LA MANDORLE

Les crèmes cuisine LA MANDORLE à l’amande ou à la coco sont des alliés parfaits pour une cuisine saine et digeste. Sous forme de petite briquette de 25 cl, la crème cuisine LA MANDORLE peut servir à la confection de sauces et de potages, à garnir une quiche ou un gratin, à la réalisation de desserts et pour tapisser un fond de tarte sucrée… Elles peuvent aussi s’ajouter aux pâtes ou à d’autres céréales cuites. Elles donneront de la douceur et de l’onctuosité aux plats avec une parfaite digestibilité. Il ne vous reste plus qu’à faire le choix cornélien entre AMANDE CUISINE & COCO CUISINE.

Pour une version classique, optez pour l’AMANDE CUISINE. Une préparation naturellement sans cholestérol, source d’acides gras saturés, à base d’amandes déshuilées, riches en fibres et faiblement calorique. Alternative idéale à la crème liquide, elle est un allié parfait pour une cuisine saine et digeste.

Pour une version plus exotique, osez la COCO CUISINE !

La COCO CUISINE est une préparation culinaire à la noix de coco, sans lait, ni gluten, ni soja ni sucre ajouté. Elle ne contient que 6% de matières grasses, soit une réduction de 30% par rapport à la moyenne des préparations culinaires à la noix de coco.

De plus, notez que la moitié des acides gras de ce fruit est présent sous forme d’acide laurique, un acide gras réputé pour faire baisser le taux sanguin de mauvais cholestérol et possédant des vertus anti-virales, antifongiques et antibactériennes.

La crème Coco est donc celle qui vous faut pour une cuisine saine et digeste tout en apportant une petite touche d’exotisme à vos plats.

NB : Une température trop basse peut faire déphaser le produit naturellement. Il est conseillé de maintenir ou tempéré le produit à une température supérieur à 20°C avant utilisation, afin de retrouver une texture homogène. Bien agiter avant l’emploi. Après ouverture, conserver au frais et consommer dans les 3 jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *