01 Mar

Calcium animal vs Calcium végétal !

Si pour vous calcium rime avec produits laitiers, lisez bien cet article !

 

Vous découvrirez que le calcium animal ne prend pas toujours le dessus sur le calcium végétal …

 

En effet, en terme de quantité, il gagne la bataille mais en terme de qualité rien n’est moins sur ! Seulement 30 % du calcium animal est assimilable par l’organisme ! De plus,  son absorption cause chez de nombreuses personnes d’important troubles  digestifs.  A l’inverse, le calcium des légumes est quant à lui deux fois mieux assimilé, soit dans une proportion de 50 à 70%. Une tasse de brocolis cuits équivaut donc facilement à un verre de lait.

 

Rien ne sert donc de s’obliger à boire des litres de lait pour atteindre nos apports en calcium. Mais quels sont nos réels besoins en calcium ?

 

  1. Nos besoins en calcium :

 

En France les apports journaliers conseillés en calcium sont de 500 à 1200 mg par jour. Pour atteindre une telle quantité, une consommation quotidienne de produits laitiers est presque indispensable. Toutefois, ces chiffres sont sérieusement remis en cause car il a été révélé qu’une grande partie des experts à l’origine des ces recommandations ont des conflits d’intérêt dans les domaines de l’agroalimentaire et de l’industrie pharmaceutique.

S’il est correct que nous avons besoin de calcium pour régénérer les os, point trop n’en faut. En effet, il a été prouvé qu’ un apport trop élevé en calcium ne permettait pas de prévenir les fractures et serait même néfaste pour notre santé: Les compléments alimentaires très dosés en calcium nécessitent d’être éliminés par les urines ce qui augmente le risque de calculs rénaux et de calcification vasculaire, pouvant provoquer des crises cardiaques !

Les recommandations officielles des chercheurs d’Harvard sont beaucoup plus modérées et sont comparables à celles de l’OMS : L’équilibre parfait entre l’absorption et l’excrétion de calcium serait  de 520 mg  par jour. Ces besoins sont augmentés en cas de régime trop riche en sel (le sel favorise la fuite du calcium dans les urines), d’ une alimentation trop acidifiante (souvent trop riche en protéine) ; d’un manque d’exercice physique qui entraîne un déminéralisation et enfin de stress qui acidifie les tissus.

 

Dans les cas cités ci-dessus, au lieu de masquer le problème en augmentant les apports en calcium, il serait plus judicieux de traiter la cause en adoptant une hygiène de vie plus saine et en pensant à se complémenter en vitamine D en hiver afin de  faciliter l’assimilation du calcium.

 

L’overdose de calcium est inutile voir dangereuse !  Dans quels aliments piocher afin d’ avoir une juste dose de calcium ?

 

  1. Les bonnes sources de calcium :

 

En terme de quantité, nous l’avons vu,  les produits laitiers se retrouvent sur la première place du podium. Mais comme indiqué ci-dessus, une très faible partie est réellement assimilable par l’organisme. Un bébé nourri au sein recevra moins de calcium qu’un bébé nourri avec un lait maternisé mais il en absorbera beaucoup plus : 50 % du calcium contenu dans le lait maternel sera absorbé par l’organisme du bébé contre 10 % pour le lait de vache maternisé.

 

Il ne s’agit donc pas de quantité mais bien de qualité !

 

Heureusement, de nombreux aliments offrent du calcium plus bio-disponible que le lait (sans les inconvénients du lait sur la santé). Voici la liste des aliments, autres que les laitages,  riches en calcium:

 

  • Les légumes, aromates, algues :
    • Cresson (150 g) : 240 mg ;
    • Kale : (100 g) : 150 mg ;
    • Epinards cuits (150 g) : 168 mg ;
    • Brocoli cuit (150 g) : 114 mg ;
    • Algues (surtout wakamé) (100 g secs) : 800 à 1500 mg ;
    • Persil (100 g) : 250 mg.

 

  • Les légumineuses :
    • les haricots rouges cuits (pour 100 g) : 66 mg ;
    • Les lentilles cuites (pour 100 g) : 35 mg.

 

  • Les fruits :
    • Figues fraîches (150 g) : 90 mg ;
    • Dates et raisins secs (35 g) : 25 mg ;
    • Pommes, bananes, dattes, kiwi.

 

  • Les oléagineux :
    • Sésame (20 g): 80 mg ;
    • Amandes (20 g) : 50 mg ;
    • Noix, noisettes (20 g) : 36 mg ;

 

  • Les protéines animales :
    • Oeuf coque : 250 mg ;
    • Sardines (en conserve avec les arrêtes : 60 g) : 240 mg.

 

  • Les céréales : blé surtout, avoine.

 

  • Eaux minérales : Hépar et Contrex.

 

Notez que les sources végétales de calcium ont le grand avantage d’être alcalines pour l’organisme contrairement aux sources animales et surtout laitières qui sont très acidifiantes. Or, dans nos pays occidentaux, la population est très souvent en « acidose chronique » par excès de consommation de sucre, de produits céréaliers (pains, pâtes, riz, semoules, farines) et de protéines animales (viandes, poissons, œufs, charcuteries, produits laitiers).

Le but n’est pas d’éliminer ces aliments car un équilibre acido/basique doit être respecté mais bien de les limiter et de contrebalancer leur acidification par l’apport d’aliments alcalins tels que les légumes et les fruits.

 

C’est la raison pour laquelle il peut sembler absurde de recommander des produits laitiers en cas d’ostéoporose car si les laitages détiennent des teneurs en calcium importantes, ils ont aussi et surtout un fort pouvoir acidifiant ! Ainsi, on apporte du calcium d’un côté mais on déminéralise de l’autre (pour tamponner l’excès d’acidité)… Or, l’excès d’acidité serait responsable d’une perte de 15 % de masse osseuse sur dix ans.

 

Le bon choix afin d’ optimiser vos apports en calcium est donc de consommer des légumes à chaque repas car en plus d’être alcalins et source de calcium,  ils apportent du potassium de façon non négligeable et permettent ainsi de rétablir l’équilibre sodium/potassium. N’oubliez pas le magnésium qui, au même titre que le calcium, est indispensable pour vos os et le système nerveux. De plus, sachez qu’un manque de magnésium entraîne une baisse de calcium !

Enfin, pensez  à  la vitamine D (la vitamine du soleil), qui contribue à la bonne absorption intestinale du calcium et à la minéralisation des os mais aussi à la vitamine C et la vitamine K qui jouent un rôle important dans la fixation du calcium sur l’os.

 

Pour combiner un apport en calcium, magnésium, vitamine C et K, mangez  du chou, des épinards et du persil! En guise de boisson, optez pour du lait d’amande La Mandorle. Quant à l’apport en vitamine D, il ne vous reste qu’à vous offrir des vacances sous les tropiques (ou à défaut, à vous complémenter!) !

 

Focus sur le pack calcium de la Mandorle :

Ce pack comprend un lait d’amande enrichi en probiotique et en Oméga 3 (EPA DHA) + une préparation pour petit déjeuner à base de lait d’amande et céréales germées . Ces deux produits sont riches en calcium (l’apport provient des amandes et de l’ajout du lithothamne) et en magnésium !

Un shaker est offert afin de reconstituer le lait Oméga (il suffit de mélanger 3 doses dans 200 ml d’eau).Le mati’mande petit déjeuner peut être consommé à la cuillère. Il suffit de mélanger 5 doses de poudre avec 75 ml d’eau afin d’obtenir une texture crémeuse. Vous pouvez y rajouter des morceaux de banane et un mélange de graines pour vous confectionner un délicieux porridge amande banane en guise de petit déjeuner équilibré !

 

Rédaction : Brune VANNIER-MOREAU – Naturopathe 

02 Jan

Les remèdes anti-stress !

Pourquoi le stress est-il devenu aussi destructeur ? Si à l’époque le stress faisait intégralement partie de nos mécanismes de survie, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Dans nos vies où le métro, les transports, les lumières, les klaxons et les appareils « hight tech » occupent une place de premier plan, le stress est permanent. Même s’il ne s’agit que de petites contrariétés quotidiennes et sans dangerosité, le fait qu’elles soient si souvent répétées va déclencher une cascade physiologique égale à celle qui serait nécessaire pour faire face à un ours affamé !

Lire la suite

26 Nov

Le B.A BA de l’indice glycémique

Les  glucides sont les carburants de notre organisme. Ils ne doivent donc pas être négligés mais il est important de bien les choisir.

Pendant des années nous avons distingué les glucides d’après leur seule structure chimique : On opposait les sucres simples dit rapides (glucose, saccharose, fructose), aux sucres complexes (aliments riches en amidon : pains, céréales, pâtes…) qu’on considérait être des sucres lents. On pensait alors que les sucres simples étaient rapidement absorbés et qu’à l’inverse les glucides complexes étaient digérés lentement et libéraient progressivement leur glucose dans le sang. Le pain, les pâtes, la farine et toutes les céréales étaient donc considérés comme des « sucres lents » à privilégier. Or cette notion est aujourd’hui totalement obsolète car elle ne répond à aucune réalité physiologique.

Lire la suite

15 Oct

Lithothamne : une algue pleine de promesse !

Manger des algues… Si l’idée peut paraitre surprenante, sachez que vous en consommez probablement régulièrement sans le savoir.  En effet, les algues sont présentes dans de très nombreux produits industriels sous forme d’additifs alimentaires, gélifiants ou épaississants que l’on retrouve sous leur nom de code (E 401 à E 407). Toutefois, sous sa forme entière, si la consommation d’algues est très fréquente chez les asiatiques, elle se fait beaucoup plus discrète dans les assiettes des occidentaux. Et pourtant, nous aurions tout à y gagner à intégrer ces légumes de mer dans notre alimentation aux intérêts nutritionnels incontestables.

Le lithothamne fait partie de ces algues à connaitre aux multiples bienfaits ! Lire la suite

01 Oct

Pâtes à tartiner : faîtes le bon choix !

Pâtes à tartiner : Faites le bon choix!

Si les français sont réputés pour leurs vins et leurs fromages, ils sont également les plus gros consommateurs de pâte à tartiner du monde !

Qui n’a jamais succombé à ces délicieuses pâtes à tartiner à la noisette presque addictives et tant redoutées de toutes celles et ceux qui font attention à leur ligne ?

En effet, le sucre raffiné et la graisse constituent presque 70% des ingrédients de la plupart des pâtes à tartiner qu’on trouve dans le commerce… Ces pâtes à tartiner sont de véritables bombes caloriques et n’apportent absolument rien d’autre à l’organisme que des calories vides…

Heureusement certaines pâtes à tartiner sortent du lot… Voici les 3 grandes règles à suivre pour faire le bon choix !

Lire la suite

04 Sep

La rentrée : les bonnes résolutions

Et si on optait pour un retour à l’équilibre avec une cure de raisins ?

L’alimentation est un élément majeur de notre santé. En effet, tous le monde connais l’adage qui dit : « nous sommes ce que nous mangeons ». Et pour cause, une alimentation saine et variée, respectant le régime biologique humain, offrira à l’organisme tous les éléments nécessaires à sa construction et à son bon fonctionnement. A contrario, un régime trop riche en mauvaises graisses, protéines animales et produits industrialisés, développera un terrain favorable à de nombreuses pathologies.

Sachant cela, nous comprenons facilement l’intérêt d’une alimentation hypotoxique et correspondant aux besoins du corps humain.

Si une alimentation saine nous accompagne au quotidien, la monodiète est un outil extraordinaire comme « coup de pouce ponctuel» pour renforcer l’organisme, l’aider à rester jeune et à s’entretenir.

Lire la suite

12 Juil

Dôme au Lait de Coco

Dôme au lait de coco

Dôme au lait de coco

Ingrédients pour 4 personnes :

1 sachet de FLAN COCO au Lait de COCO LA MANDORLE
+ 250 ml d’AMANDE COCO LA MANDORLE
+ 2 cuillères à café de sirop d’agave
+ 250 ml d’eau
+ 2 cuillères à soupe de coco râpée

Préparation

Dans une casserole, versez le contenu du sachet de FLAN COCO au Lait de COCO avec 250 ml d’AMANDE COCO, le sirop d’agave et l’eau. Mélangez et portez à ébullition. Laissez cuire 5 minutes en remuant. Versez dans des moules à dômes et mettre au réfrigérateur pendant minimum 30 minutes. Déposez votre dôme sur de la noix de coco râpée ou sur un crumble de biscuits de votre choix. Ajoutez quelques fruits en topping !

29 Juin

Choisissez l’exotisme avec le lait de coco !

Qu’est-ce que le lait de coco ?

Lait de Coco en poudre

Lait de Coco en poudre

Le cocotier (cocos nucifera) est tout de suite associé aux îles et au soleil. C’est une espèce de palmier qui pousse en zone humide et extrêmement ensoleillée. Originaire des régions tropicales de l’Océan Pacifique, on en trouve en Asie, en Afrique et en Amérique. Le cocotier est assimilé à un « arbre de vie » tant ses fruits sont savoureux et nutritifs. Un cocotier adulte peut porter entre 50 et 500 noix de coco !

Lire la suite

01 Juin

Printemps de la Bio, réduisez vos déchets

Réservez nos ressources naturelles, réduire notre impact environnementale, préserver les générations futures… Nous avons de plus en plus conscience que chacun à notre mesure nous pouvons agir. Une nouvelle pratique très en vogue, le « Zéro Déchet » consiste à réduire ce que l’on jette pour sauvegarder nos ressources. Il s’agit ainsi d’éviter le gaspillage alimentaire et la surconsommation, de réduire nos dépenses énergétiques, de préserver les ressources naturelles et de penser local ! Face à la pollution de l’air, de l’eau et des sols et à nos tonnes de déchets liées à notre consommation de masse, il était grand temps d’agir !

Savez-vous que nous produisons aujourd’hui en moyenne un kilo de déchets par jour et par personne ?! Profitez du Printemps de la Bio pour prendre de bonnes résolutions et adopter les réflexes anti-déchets. Vous agirez ainsi en faveur de la planète mais aussi de votre santé et de votre porte monnaie !

Objectif numéro 1 : Réduire ses déchets !

Pour l’alimentation

Privilégiez que des fruits et légumes de saison (avec le circuit le plus court possible) et adoptez le réflexe « vrac » ! Vous pouvez trouver en vrac des produits d’épicerie (café, pâtes, lentilles, biscuits…), des produits d’hygiène et d’entretien, certains liquides (vins, huiles…)… On trouve aujourd’hui de plus en plus de produits en vrac dans les magasins bio mais également dans certaines grandes surfaces qui suivent cette tendance écologique. Faire le choix du vrac permet de réduire ses déchets mais aussi de diminuer ses dépenses. Pour se rapprocher au maximum du zéro déchet, pensez à glisser des contenants réutilisables dans votre cabas pour recharger vos stocks !

Utilisez des bocaux !

Utilisez des bocaux !

Pour la toilette de toute la famille

Il s’agira de choisir des produits durables/lavables. Des couches, des lingettes et cotons lavables, des cups menstruelles, des serviettes hygiéniques lavables… Et pour les produits de toilettes comme le dentifrice, le shampoing ou le gel douche, DO IT YOURSELF ! Avec une base d’argile, d’huile végétale, d’huiles essentielles, d’hydrolysats et de bicarbonates de soudes, vous pouvez créer vos propres cosmétiques plus économiques et écologiques.

Fabriquez vos propres cosmétiques

Fabriquez vos propres cosmétiques

Pour l’entretien de votre maison

Ne vous encombrez plus de grosse bouteille en plastique de produits ménagers (produits vaisselle, lessives et tout autres produits d’entretien) mais jouez au petit chimiste en fabriquant vos produits vous même à base de paillettes de savons de Marseille, vinaigre d’alcool et bicarbonate de soude… Si vous n’en avez pas le courage, privilégiez les produits concentrés et les « éco-recharges ».

Pour les boissons

Limitez au maximum l’achat de boisson. Faites vos propres jus de fruits, jus de légumes et même vos limonades en utilisant une machine à gazéifier l’eau !

L’eau courante est un luxe qu’il faut savoir préserver. Préférez les douches au bain, nettoyez vos légumes dans une bassine, équipez la robinetterie de réducteurs de débit et de mitigeurs, faites tourner le lave-linge et le lave-vaisselle uniquement lorsqu’ils sont pleins ou alors utilisez la fonction « demi-charge » si elle existe sur l’appareil.

Smoothies faits maison

Smoothies faits maison

Les autres boissons (type lait, jus…)

Limitez au maximum les bouteilles plastiques. Faites vos jus de légume ou de fruits vous même et optez pour le lait en poudre pour vos boissons lactées. Le Lait d’Amande LA MANDORLE en version poudre concentrée est ainsi une solution écologique très intéressante. Tout en ayant un fort potentiel nutritif, une boîte de 400 g permet d’obtenir jusqu’à 5 litres de Lait d’Amande après reconstitution avec de l’eau. Geste anti-gaspillage, les poudres se conservent jusqu’à 12 mois contrairement aux liquides (3 jours après ouverture). En bonus, les boîtes sont recyclables à souhait !

Lait d'Amande en poudre LA MANDORLE

Lait d’Amande en poudre LA MANDORLE

Les produits de consommation courante

Privilégiez les produits réutilisables. Acheter des piles rechargeables permet de limiter de manière drastique ses déchets. Troquez votre rouleau d’essuie-tout par des torchons, les filtres à café en papier par un filtre lavable, un stylo jetable par un stylo rechargeable… Diminuez vos impressions et privilégiez les services en ligne : facturation de l’eau, de l’électricité, du téléphone, suivi/déclaration administratif (sécurité sociale, impôts…). Enfin, coller une étiquette « stop pub » sur votre boîtes aux lettres.

Recycler

Comme nous venons de le voir, il est nécessaire de réduire nos emballages à la source. En effet dans une démarche zéro déchet, le processus commence bien avant le recyclage en réduisant et en réutilisant au maximum nos produits. Il est important de garder en tête que le recyclage est énergivore : 390 g de CO2 sont émis lors de la vie d’une bouteille de verre recyclé ! Pour certains matériaux complexes, le recyclage coûte tellement cher qu’il est parfois moins onéreux de les jeter que de les recycler. Les industriels se donnent souvent bonne conscience en sur-emballant leurs produits sous prétexte que les emballages sont recyclables. Le recyclage des déchets n’est donc pas suffisant ! Toutefois le sens du mot recyclage revient aussi à donner une seconde vie à nos objets/nos biens.

Soyez créatifs et chercher à maximiser l’usage d’un objet en le réutilisant, le réparant, le partageant ou pourquoi ne pas mutualiser son accès. On trouve de plus en plus de tutos sur internet pour donner une nouvelle fonction à ses objets. De nombreux sites proposent des échanges de bons procédés entre voisins afin de louer ou emprunter un objet. Inutile d’acheter un matériel qui sera utilisé occasionnellement, penser à le louer ou si vous disposez déjà d’un équipement qui ne vous sert plus, proposez-le à la location/au don ou au prêt !

Le zéro déchet, c’est donc :
 1) Refuser des objets inutiles, des produits jetables ou suremballés
 2) Réduire les achats inutiles et compulsifs, penser avant tout à l’emprunt ou à la location
 3) Réutiliser en faisant preuve de créativité et en trouvant une seconde vie à nos objets
 4) Puis en dernier lieu, vient le recyclage, sans oublier le composte pour nos matières organiques. Ainsi vous pouvez composter tous vos résidus alimentaires (dont vos filtres à café, sachets de thé, coquilles d’oeufs et de noix), vos résidus verts (feuilles mortes, plantes, sable, terre, sciures de bois…)… Mais également les cheveux, les ongles, les plumes, essuie tout et papiers mouchoirs (tout ce qui est en papier ou carton). Avec le composte, ces déchets vont se transformer en ce que l’on appelle de l’or noir, une terre riche et fertile. Il est là le vrai recyclage ! Pour ceux qui redoutent les mauvaises odeurs, sachez qu’il existe des compostes collectifs, où chacun vient déposer ses déchets ! Repérez vite celui de votre quartier et si il n’existe pas encore, pourquoi pas le créer ?!

Faites du composte !

Faites du composte !

Le saviez-vous ? LA MANDORLE a adopté une réelle démarche environnementale

Le procédé breveté d’instantanéisation développé par LA MANDORLE (pour faire des boissons en poudre) possède un faible impact environnemental, ayant une faible consommation d’énergie et étant non polluant. Sur le plan de l’énergie justement, LA MANDORLE a passé un contrat d’approvisionnement avec Enercoop., le fournisseur d’énergie renouvelable. Toujours sur le plan écologique, tous les emballages sont soumis à des critères ou à des démarches environnementales stricts. LA MANDORLE privilégie par exemple les conditionnements recyclables, les formats « éco ». L’entreprise ne génère par ailleurs que peu voir pas de déchets non recyclables. La marque s’engage également dans le label éco-emballage ainsi que dans des actions à destination des consommateurs pour favoriser le recyclage.

Pour ces raisons, et bien d’autres encore, LA MANDORLE est certifiée bio-entreprise durable, la démarche RSE initiée par le SYNABIO, basée sur le norme de référence ISO 26 000.